Accueil Actualités Communiqués Politique Etrangère Evénements culturels La Grèce en France Grèce Xenios Médias Olympisme Contactez-nous

Géographie

 

division administrative

Position géographique

La Grèce est un pays du Sud-est de l’Europe et est située à l’extrémité méridionale de la Péninsule Balkanique. Avec les îles de la Mer Egée, la Crète, les îles du Dodécanèse et les îles de la Mer Ionienne, elle forme un espace intégral dont l’histoire remonte au fond des âges.

L’espace grec, où l’Europe s’unit à l’Asie et qui constitue le meilleur accès vers l’Afrique, est un des plus importants points du globe.

D’après ses coordonnées géographiques, le pays se situe comme suit : à son extrémité septentrionale se trouve le village Ormynio de la préfecture d’Evrou sur la frontière gréco-bulgare au 41o45’01’’ parallèle. A son extrémité méridionale, l’île Gavdos au Sud de la Crète (parallèle 34o48’02’’). A son point le plus oriental (et le plus éloigné de la partie continentale du pays) se trouve l’îlot Stronguili, à l’Est de Castellorizo (parallèle 36o06’17’’). Son point le plus occidental est l’îlot Othoni, au Nord Ouest de Corfou (parallèle 39o51’11’’).

Les frontières grecques terrestres totalisent 1170 kilomètres. Au Nord le pays est limitrophe de l’Albanie (longueur des frontières 247 kilomètres), de la FYROM (246km) et de la Bulgarie (474 km). A l’Est, il est limitrophe de la Turquie (Thrace Orientale) dont il est séparé par une frontière d’une longueur de 200km.

La Grèce s’étend sur une superficie de 131.990 km² dont 107.194,76 constituent sa partie continentale et 24.796 km² sa partie insulaire qui comprend  9841 îles petites et grandes.

La physionomie de l’espace grec a subi de nombreuses transformations avant d’aboutir à sa forme géologique actuelle. La caractéristique fondamentale de ces évolutions métamorphotiques est l’interpénétration, la lutte incessante de l’élément liquide et de la terre.

Des centaines de millions d’années auparavant, de la mer Ionienne jusqu’en Asie Mineure, la terre grecque était couverte par la mer. Avant quelques 140 millions d’années, des mouvements géologiques créent les premières terres, jaillies des eaux.

Mais c’est aux environs de 35 millions d’années qu’ont eu lieu les transformations décisives de l’espace grec, c’est à dire à l’époque des plissements Alpins, durant laquelle ont apparues les plus hautes chaînes du monde (Alpes, Pyrénées, Himalaya).

Autour de 4000.000 ans, à la fin de l’époque glaciaire, la Grèce a connu de nouveaux mouvements géologiques lorsque le niveau de la mer a baisse au dessous de 200 mètres. Depuis lors et jusqu’en 1300 av. J.C. des séismes, des éruptions volcaniques et autres phénomènes géologiques ont donné à l’espace grec sa forme définitive qu’elle a gardée jusqu'à nos jours.

Régions 

Les différentes régions de la Grèce sont les suivantes :

L’Attique (Athènes)

La plaine de l’Attique abrite une grande partie de la population grecque (3. 756.607 habitants, d’après le recensement de 2001). En Attique, se trouve Athènes, capitale et principal centre administratif du pays. Les ministères, les tribunaux de grande instance, les sièges sociaux de la plupart des banques, des compagnies d’assurance et d’autres entreprises, ainsi qu’une grande partie de l’industrie grecque sont concentrés dans l’agglomération de la capitale. Athènes attire des touristes du monde entier, qui viennent visiter l’Acropole, symbole de la ville et du pays, d’autres sites archéologiques et le Musée archéologique national.

La Grèce Centrale (excepté la région de la capitale)

Dans cette région, au cœur de la Grèce, est située Delphes, où se trouvait l’oracle antique. La chaîne de montagnes du Pinde traverse la Grèce centrale, et son sommet le plus élevé culmine à 2.637 m (le mont Smolikas).

Le Péloponnèse

Le Péloponnèse est l’extrémité la plus méridionale de la Grèce continentale. Dans cette région se trouvent de nombreuses cités importantes de l’Antiquité comme Mycènes, Sparte et Olympie – lieu de naissance des Jeux olympiques. Cette région fertile possède un climat tempéré, qui favorise la culture de la vigne et de l’olivier.

L’Epire

L’Epire constitue la partie nord-ouest de la Grèce continentale, entre l’Albanie au nord et la Grèce centrale au sud. La région est presque entièrement montagneuse, et les montagnes du Pinde forment la frontière orientale de la région, la séparant de la Macédoine et de la Thrace. Le principal pôle d’attraction, au nord de la région, est le Parc national de Vikos, qui comporte des cascades, des gorges, des villages pittoresques et des forêts denses.

La Thessalie

La Thessalie se trouve au centre de la Grèce continentale. La région comprend également l’archipel des Sporades du nord, et sa principale caractéristique géographique est la plaine de Thessalie, entourée de nombreuses montagnes, dont la plus connue est le mont Olympe, sommet le plus élevé de la Grèce (2 917 m).

La Macédoine

La Macédoine, la plus grande des dix régions de la Grèce, avoisine au sud la mer Egée et la Thessalie, à l’est la Thrace occidentale, à l’ouest l’Epire et au nord la Bulgarie, l’Albanie et l’ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM). C’est là que se trouvent la république théocratique du mont Athos et Thessalonique, capitale de la Grèce du nord. Le paysage est relativement varié en raison du caractère essentiellement montagneux de la Macédoine occidentale et orientale, à l’exception de quelques grandes vallées fertiles, tandis qu’en Macédoine centrale se trouve la plaine de Thessalonique – la deuxième du pays par son étendue.

La Thrace

La région constitue l’extrémité nord-est de la Grèce. Elle est délimitée à l’ouest par le fleuve Nestos, la séparant de la Macédoine, à l’est et au nord-ouest par le fleuve Evros, à la frontière turque, au nord par la chaîne de montagnes de Rhodopi, à la frontière bulgare, et au sud par la mer. Le climat peut être caractérisé comme intermédiaire entre méditerranéen et central-européen. Le delta de l’Evros, où de nombreuses espèces rares viennent trouver refuge grâce aux conditions écologiques favorables, est le principal pôle d’attraction de la région.

Les îles de la mer Egée

L’archipel de la mer Egée comprend des centaines d’îles et d’îlots. Toutes les îles sont montagneuses ou semi-montagneuses et possèdent un climat chaud. En ce qui concerne la pluviosité, les Cyclades se distinguent par leur sécheresse, tandis que les îles de la mer Egée orientale et du Dodécanèse ont un climat très humide.

La Crète

La Crète est la plus grande île de la Grèce. En ce qui concerne le paysage, l’île ne possède pas de plaine et est essentiellement montagneuse. Il est intéressant de noter que la côte la plus méridionale de la Crète est la région la plus chaude de la Grèce.

Les îles Ioniennes

Nous rencontrons ici la plus petite région de la Grèce, constituée de sept îles principales, qui s’étendent le long de ses côtes occidentales. Les îles possèdent un climat clément et relativement humide, mais connaissent également de fortes précipitations. La végétation y est donc abondante, avec des forêts qui rappellent l’Europe du Nord. Ces îles diffèrent des autres groupes d’îles non seulement en raison de leur climat, mais aussi parce qu’elles conservent certaines influences venant de l’Europe de la Méditerranée.

Le climat

Sa grande diversité, permet à l’espace géographique grec d’offrir toute une gamme de conditions climatiques, avec toutefois comme principale caractéristique, en ce qui concerne la plupart des régions du pays, le climat méditerranéen ou comme on aime à le désigner «le climat de l’olivier». En général, la Grèce est considérée comme jouissant du climat le plus doux de la Méditerranée. Mais sa position géographique y apporte quelques nuances. A cet égard, on note quelques variations au climat de sa partie septentrionale et de son versant occidental.

Le trait caractéristique du climat grec est le cycle harmonieux des saisons. Son printemps est bref avec des températures moyennes. Ses étés, longs, chauds et secs. L’automne est merveilleux avec une température moyenne plus élevée que celle du printemps. Quant aux hivers ils sont doux et ensoleillés. Ces caractéristiques sont constantes en ce qui concerne la Grèce centrale et méridionale, (à part les régions de montagne), les îles Ioniennes et de la mer Egée. L’ensoleillement atteint 3000 heures par an, en été les précipitations sont inexistantes, la chaleur est tempérée par la brise marine ainsi que par les vents du Nord rafraîchissants, les «meltemi». Mais dans certaines parties du Nord et de l’Ouest de la Grèce (en particulier l’hinter land : Epire, Macédoine, Thrace) l’hiver est relativement rude et la température atteint quelquefois -20° C. Des vents violents, souvent locaux, balaient ces régions, et des coulées d’air septentrional provoquent des chutes de neige. Le ciel est souvent très couvert. Par contre en été les températures sont élevées.

En général, c’est entre Novembre et Février que l’on observe dans le territoire grec la majeure partie des précipitations annuelles, mais avec cependant des variations sensibles selon les régions. Sur les montagnes, les précipitations annuelles sont de l’ordre de 1500mm., tandis que le Sud-est de la Crète n’en reçoit que le tiers. Un autre trait caractéristique du climat grec est son atmosphère dont la limpidité est telle, qu’on peut voir se découper dans le lointain, les harmonieux massifs montagneux. Les couleurs deviennent plus vives sous le brillant soleil et la vue découvre la beauté de la nature à une distance de plusieurs kilomètres.

Flore et faune

Les services compétents ne cachent pas l’inquiétude que leur inspire les problèmes crées par les diverses menaces qui pèsent sur la nature grecque. Menaces dues au rythme rapide mais souvent désordonné du développement, à la chasse à laquelle s’adonnent 300.000 «Nemrod» grecs, aux incendies des forêts, aux problèmes engendrés par l’élevage, la coupe incontrôlée du bois etc.

Les 2/3 de la superficie de la Grèce (et pour être exacts 88.948 km² ) sont composés de terres forestières, mais leur répartition géographique est inégale. De celles-ci, 24.000 km² , soit les 19% de leur superficie globale, sont des forêts, 31.000 km² sont en partie couvertes de forêts et 24.000 km² sont des pâturages. En ce qui concerne la Crète, 3% de sa superficie est couverte de forêts alors qu’en Thrace la proportion atteint 28%.

Au cours de ces dernières années, 700 incendies en moyenne par an détruisent la végétation sylvestre sur une étendue évaluée à environ 200.000 m² . En dépit de toutes les mesures prises pour la protection et le développement de la nature grecque (mesures dictées par les dispositions de la Constitution du pays, comme par exemple le reboisement obligatoire des zones détruites par un incendie) les problèmes se rapportant à la flore et à la faune de la Grèce n’en sont pas moins devenus plus aigus. Malgré tout, la Grèce continue de posséder une des plus riches flores du monde avec 4050 espèces de plantes sauvages. La richesse, la diversité et la remarquable beauté des plantes de la flore grecque ont provoqué dès l’Antiquité l’admiration des Grecs et nombre d’entre elles (jacinthe, narcisse, acanthe, rose, olivier, laurier, chèvre-feuille etc) ont été associées à des mythes antiques et ont inspiré les artistes. Certaines de ces plantes sont propres à l’espace grec comme le coquelicot, la camomille, l’anémone, la marguerite, la caroube, etc.

Les problèmes de protection ne manquent pas en ce qui concerne également la faune grecque, quoique des efforts sont entrepris en vue d’y faire face, tels que la déclaration de certaines zones de «parcs nationaux», la création de biotopes spéciaux ( lac Prespa), l’interdiction de chasser et de pêcher dans certaines régions et en particulier certaines espèces d’animaux tant terrestres que marins, l’information systématique de la population etc.

La Grèce est dotée d’une flore variée, environ (5.500 espèces végétales reconnues), particulièrement riche en espèces de plantes endémiques.

Les fleurs sauvages les plus communes que l’on trouve dans les campagnes sont les anémones, les glaïeuls, les cyclamens, les iris, les tulipes, les lis et bien d’autres. Les forêts les plus étendues se trouvent en Grèce du nord dans les montagnes de Thrace, de Macédoine et d’Epire ; les îles de la mer Egée de l’est et du nord ainsi que celles de la mer Ionienne, sont en grande partie recouvertes de pins et d’oliviers. Au total, le pays possède plus de 200 espèces d’arbres et de grands arbustes et ses forêts sont composées, principalement de conifères à feuilles caduques comme les hêtres et les châtaigniers.

De nombreux sites sont protégés par le biais de conventions internationales que le pays s’est engagé à respecter. Ses parcs nationaux comprennent le mont Olympe (aux frontières de la Thessalie et de la Macédoine), le mont Parnasse et Iti (Grèce centrale), Prespa et Vikos-Aoos (Epire), Parnès (Attique) et Samaria (Crète). Le pays possède 11 zones humides, 51 monuments naturels préservés, 113 grandes réserves d’oiseaux et 300 biotopes relevant du programme CORINE.

La faune grecque appartient à la zone de la période paléarctique (qui comprend plusieurs pays de la Méditerranée, de l’Europe et de l’Asie). Cependant certaines espèces d’animaux peuvent être caractérisées comme propres à la Grèce tels que par ex. la tortue terrestre, la chèvre sauvage de la Grèce qui vit surtout en Crète, les poneys de l’île de Skyros etc. Quelque 900 espèces d’animaux vivent en Grèce, le pays étant un refuge pour nombre d’espèces en danger, protégées par des programmes d’actions spécifiques mis en œuvre par les autorités et qui ont pour objectif la gestion et la protection de la biodiversité. Parmi les espèces protégées, l’on trouve la tortue méditerranéenne (Caretta-caretta) qui trouve refuge dans les eaux de Zakynthos et de Céphalonie et le phoque moine (Monachus-monachus) dans la mer Egée et la mer Ionienne. De plus, les forêts denses et les affleurements rocheux de la rivière Dadia, en amont du fleuve Evros en Thrace ainsi que les marais à son embouchure sont des refuges pour la majorité des oiseaux de proie en Europe. De même, le lac Mikri Prespa, en Macédoine, possède la colonie la plus importante en Europe d’oiseaux chassant sous l’eau tels que les cormorans, les ibis, les aigrettes et les hérons. De plus, l’ours brun – le plus grand mammifère terrestre d’Europe – survit dans les montagnes du Pindos et dans celles aux frontières de l’Albanie, de la FYROM et de la Bulgarie. Enfin, les forêts du nord abritent des chats sauvages, des martres, des chevreuils et, occasionnellement, des loups et des lynx, alors que les chacals, les chèvres sauvages et les hérissons vivent au sud.

Les montagnes

Montagnes de toute la Grèce

Les montagnes et la mer sont les éléments dominants de l’espace grec. Vingt montagnes au moins ont un sommet à plus de 2000 m, qui est l’altitude des neiges éternelles.

Le trait particulier des riches massifs montagneux grecs (les 4/5 du territoire national sont des terrains montagneux), c’est qu’ils bénéficient d’un privilège unique au monde : et de fait il n’existe pas de montagne en Grèce d’où la mer ne puisse être aperçue, et que les vents marins n’atteignent pas. Aucun point de l’intérieur du pays n’est éloigné de plus de 100 km de la mer tandis qu’au Péloponnèse cette distance est de 50 km et en Grèce centrale de 60 km.

Certaines grandes montagnes grecques telles que l’Olympe et le Taygète voisinent avec le littoral dont elles n’en sont séparées que de 10-20 km.

Cette alliance vraiment unique, cet «hymen» de la montagne et de la mer, que séparent des petites plaines ou des bandes de végétation, cette association d’éléments en apparence si dissemblables, dont on ne relève l’équivalent nulle part ailleurs, donne justement au paysage grec une nuance qui lui est propre.

Montagne

Région

Altitude (en m)

Olympe

Macédoine

2 904

Smolikas

Epire

2 631

Grammos

Epire

2 521

Voras

Macédoine

2 519

Giona

Grèce Centrale

2 507

Tymfi

Epire

2 499

Parnasse

Grèce Centrale

2 455

Idi

Crète

 2 454 

Lefka Ori

Crète

2 454

Athamanon Ori

Epire

2 429

Vardoussia

Grèce Centrale

2 413

Taygetos

Péloponnèse

2 404

Kyllini

Péloponnèse

2 374

Aroania

Péloponnèse

2 338

Varnous

Macédoine

2 329

Tymfristos

Grèce Centrale

2 312

Lakmos

Epire

2 294

Pindos

Epire

2 249

Les fleuves et les lacs

La superficie limite du pays, le morcellement de son relief, les pluies brutales et le faible degré des précipitations reçues par la plus grande de la partie de la plupart des régions, n’ont pas permis la formation de fleuves aux eaux abondantes. Les grands fleuves sont effectivement très peu nombreux et ont en général leur source en dehors du territoire grec, tels que l’Evros, le Nestos, l’Axios, le Strymon etc.

Dans l’Antiquité, l’Evros, qui aujourd’hui est une ligne frontalière gréco-turque, était navigable. Actuellement, la création de voies navigables sur le Nestos et l’Axios, est à l’étude, dans le cadre d’une voie navigable supra-nationale vers l’Egée. L’importance des fleuves pour les communications a toujours été très grande et c’est pourquoi les routes principales suivaient depuis l’Antiquité les vallées fluviales. De plus, les fleuves et rivières grecques ont de tous temps été de précieuses sources d’alimentation en eau et c’est la raison pour laquelle ils étaient considérés comme sacrés. En effet, la plupart des régions souffraient en été d’un intense manque d’eau et les sécheresses tarissaient les eaux de la plupart des fleuves. 

Rivière

Longueur (en km)

Rivière

Longueur (en km)

Aliakmon

297

Assopos

80

Acheloos

220

Louros

80

Pinios

205

Sperchios

80

Evros (*)

204

Megdovas

78

Nestos (*)

130

Axios (*)

76

Strymonas (*)

118

Aoos (*)

70

Thiamis

115

Gallikos

70

Alfios

110

Ladonas

70

Arachtos

110

Mornos

70

Enipefs

84

Pinios

70

Evrotas

82

(*) longueur rivière sur le territoire grec

La population

Après le soulèvement de 1821, qui a abouti à la libération des premiers territoires de la nation, du joug turc, la population de la Grèce (Péloponnèse et Grèce centrale) s’élevait à 938.765 habitants. En 1920, la population comprise dans les frontières nationales montait à 5.016.889 habitants. En 1961, leur nombre était de 8.388.553 pour s’élever dix ans plus tard à 8.768.641 habitants. La population urbaine comptait en 1971 4.667.489 habitants soit 53% de la population globale du pays, la population semi-urbaine 1.019.421 soit une proportion de 11,6% et celle rurale à 3.081.731 soit 35,4%.

Par ailleurs, la population actuelle (2001) est de 10.964.020  habitants dont 70% réside dans les centres urbains et semi-urbains et 30% dans les campagnes.

La migration vers villes et l’émigration constituaient les deux problèmes majeurs d’après-guerre. Elles ont eu pour résultat une massive exportation de main d’œuvre productive, un faible taux de natalité, l’abandon de nombreuses régions rurales ainsi que les mille problèmes engendrés par une très rapide concentration dans des agglomérations urbaines. L’émigration a presque cessé ces dernières années, mais le pouvoir d’attraction des centres urbains a évolué en un problème social et économique de plus en plus aigu.

On estime qu’actuellement le tiers des habitants du pays réside dans le Bassin Attique ou dans ce qu’on peut appeler «le complexe résidentiel athénien».

Haut de la page


Remonter ] La Grèce en bref ] Athènes ] Costumes traditionnels ] Culture ] Démographie ] Drapeau ] Économie ] Emblème ] Environnement ] Gastronomie ] [ Géographie ] Histoire ] Hymne National ] Jours fériés ] Littérature ] Marbres du Parthénon ] Politique ] Religion ] Santé ] Les Télécommunications ] Tourisme ] Traditions ]

 

Envoyez un courrier électronique à grinfoamb.paris@wanadoo.fr pour toute question 

ou remarque concernant ce site Web 

Copyright ©Ambassade de Grèce - Bureau de Presse et de Communication, Paris, 1999

Conception : Georges Bounas - Réalisation : Marie Schoina

Dernière modification : lundi 21 décembre 2009